«Journée mondiale HTLV», ce 10 novembre: sensibiliser à l’infection par HTLV-1

09/11/2018

htlvday

Plusieurs équipes de recherche dans le monde, parmi lesquelles des scientifiques du GIGA (ULiège) et de l'Institut Jules Bordet (ULB, Bruxelles), s'efforcent à sensibiliser le public à un virus sous-étudié, le virus de la leucémie à cellules T humaine de type 1 (HTLV-1) et à trouver de meilleurs traitements pour les maladies dévastatrices qu’il provoque.


HTLV-1 un cousin du VIH


L'impact catastrophique du VIH - le virus de l'immunodéficience humaine, qui cause le SIDA - est bien connu dans le monde entier. Son cousin, HTLV-1, qui lui aussi a le potentiel de détruire des vies, est nettement moins connu.


L’infection à HTLV-1, un problème mondial


On estime que 20 millions de personnes dans le monde sont infectées par HTLV-1. Parmi elles, environ une personne sur dix développera la leucémie à cellules T de l’adulte (ATL), un cancer agressif des globules blancs, ou une affection neurologique caractérisée par une faiblesse progressive des membres inférieurs menant à la paralysie. Les deux maladies sont extrêmement invalidantes et la leucémie est généralement fatale malgré le traitement.

 

leucemie


L’infection par HTLV-1 est particulièrement répandue au Japon, en Australie, en Afrique subsaharienne, en Amérique du Sud et dans les Caraïbes, ainsi qu’en Iran et dans des régions spécifiques de l’Europe, comme la Roumanie. Sa transmission s’effectue principalement entre les membres d’une même famille et au sein de communautés locales. Cependant, les voyages devenant plus faciles et les gens se déplaçant davantage, ceux qui sont porteurs du virus ne vivent plus nécessairement dans des zones à haut risque. C’est la raison pour laquelle il devient de plus en plus difficile d’empêcher la propagation du virus. Alors que l'infection par HTLV-1 se répand géographiquement, comme l'illustre le nombre croissant de patients atteints de leucémie à HTLV-1 diagnostiqués en Belgique, il est urgent de sensibiliser les professionnels de la santé et le public.


Recherche sur HTLV-1: mécanismes biologiques et sensibilisation


Malgré le nombre important de personnes infectées par HTLV-1 et la probabilité que ce nombre continue à augmenter en raison de la population mondiale de plus en plus mobile, les gouvernements et organisations de santé se sont peu intéressé à identifier les personnes infectées et limiter la transmission du virus. Il n'existe actuellement aucun vaccin ni traitement efficace. Des méthodes de diagnostic sont disponibles, mais celles-ci ne sont généralement utilisées qu'à des fins de recherche.


Les équipes de recherche belges travaillant sur HTLV-1 se concentrent à explorer les mécanismes biologiques par lesquels le virus cause la maladie et à trouver des traitements plus efficaces pour les personnes qui en sont atteintes. En plus de poursuivre leurs recherches, les scientifiques s’efforcent à sensibiliser le public et la communauté médicale à ce virus destructeur.

 

Equipes GIGA impliquées dans la recherche HTLV

 

GIGA-Medical Genomics - Unité de Génomique Animale : Michel Georges et Anne Van den Broeke (GIGA and Institut Jules Bordet)

GIGA-Cancer - Laboratoire d'Epigénétique Cellulaire et Moléculaire : Luc Willems

GIGA-Molecular Biology of Diseases - Laboratoire des Réseaux d'Interactomes Viraux:  Jean-Claude Twizere

 

Evènement sur Facebook

https://www.facebook.com/WorldHTLVDay

 

Evènement sur Twitter

https://twitter.com/htlvnet?lang=en

 


Anne Van den Broeke - anne.vandenbroeke@bordet.be